©Association Art Métropole     © Hadrien Frémont

  • Facebook Social Icon

Avertissement : Le contenu de ce site Internet est protégé par le droit d'auteur. Toute reproduction est interdite. / Warning: The content of this web site is copyrighted. Any reproduction is strictly forbidden.

Junseok Mo

Notre mémoire 

2016, Fil de cuivre, vitrail, 16 × 85 × 60 cm, photo Chloé Young

D’origine coréenne, Junseok Mo a rejoint Paris en 2014 pour élargir son champ artistique et a obtenu un master en Arts plastiques à l’Université Paris 1. Il a réalisé six expositions personnelles et une quarantaine d’expositions collectives à Paris et en Corée. Son travail explore la notion de coexistence et d’altérité. Ainsi, il a créé un village construit non seulement sans murs mais également ouvert aux autres. Après avoir martelé des fils de cuivre, qui créent une texture particulière, Junseok Mo soude ces différentes lignes, les unes sur les autres, pour construire l’habitat.

 

L’œuvre de Junseok Mo vise à trouver la possibilité d’une vie en harmonie avec autrui. Offrant une transparence, sa structure linéaire présente à la fois l’intérieur et l’extérieur. À l’intérieur, les maisons sans murs symbolisent les personnes : les concessions que nous faisons les uns pour les autres nous vident et créent ainsi un espace plus ouvert, convivial et commun. Le jour où l’on se retrouve traduit la disparition des frontières entre nous. Perfection écroulée et La base effondrée, inspirés de la problématique sociétale, proposent des formes détruites comme métaphores d’une possibilité de reconstruction et de processus essentiels pour s’unir et coexister.